A Lyon, Chabe ! donne la parole aux photos

Une nouvelle revue a décidé de donner voix aux photographes lyonnais à travers des images poétiques ou politiques. A partir de ces clichés, des auteurs locaux apposent un texte… et non pas l’inverse !

A Lyon, Chabe ! donne la parole aux photos

Une nouvelle revue a décidé de donner voix aux photographes lyonnais à travers des images poétiques ou politiques. A partir de ces clichés, des auteurs locaux apposent un texte… et non pas l’inverse !
Previous
Next

Chaber : expression typique du parler lyonnais, signifiant regarder. Un mot qui commence à revenir à la mode chez les adolescents de la région. Cette nouvelle revue photo affiche donc clairement son ancrage territorial : un magazine fait pour et par des Lyonnais. 

Ce projet collectif est porté par le média indépendant l’Arrière-Cour et son créateur Raphaël Ruffier-Fossoul. Ancien rédacteur en chef de Lyon Capitale, il maitrise parfaitement sa ville et ses enjeux.  Lors du premier confinement, une envie monte chez ce journaliste : parler avec les images. 

« C’est une co-construction avec des journalistes mais ce sont les photographes qui décident du sujet. »

Raphaël Ruffier-Fossoul, fondateur de la revue Chabe !

C’est ainsi qu’une trentaine de photographes lyonnais ont été sélectionnés pour cette première édition, chacun apportant son propre langage. De la mise en valeur de l’urbanisme, à une vision plus poétique ou politique, chaque artiste propose un regard singulier sur sa métropole.

Chabe ! offre une approche nouvelle de Lyon et ses environs. Le journalisme est lui aussi largement transformé dans son fonctionnement. Les photographes sont au centre de la réflexion en devenant force de proposition pour des sujets variés. Ce n’est que dans un second temps qu’un journaliste ou un écrivain joint un texte. C’est un véritable renversement galiléen de la vision du journalisme, permettant à ces créateurs de se raconter en image.

Un vivier de talents

La première parution a eu lieu en octobre 2022. A cette occasion une soirée de lancement s’est tenue à la maison de la photographie de Lyon. « Le rendez-vous a fait salle comble » se réjouit le fondateur de la revue.

Mettre en lumière le vivier de talents gravitant autour de la métropole lyonnaise semble être une idée qui marche : le financement participatif initialement prévu à 12 000 euros a été dépassé de quasiment 2 000 euros. Ce fonctionnement a permis de rémunérer à la fois les photographes et les auteurs. 

 Au-delà de « l’entre-soi » artistique

L’idée de proposer un nouveau média de qualité sur la photo a été discutée chaque jeudi durant près d’un an et demi. Ces réunions hebdomadaires ont permis d’élaborer un mode de production et de diffusion de façon collégiale. Les débats étaient donc ouverts à tous, dans le but de s’adresser aux personnes qui « font » le territoire, bien loin de « l’entre-soi » que peut représenter le monde artistique.

Chabe ! est finalement imprimé en octobre… L’aventure ne fait pourtant que commencer.  En effet, aller à la rencontre du public est un point clef de cette revue -toujours dans l’optique d’élargir le lectorat traditionnel de la photographie. Une vingtaine de librairies et de lieux originaux de la métropole lyonnaise vendent désormais la revue.

Raphaël Ruffier-Fossoul espère pérenniser sa nouvelle création. Son équipe avait comme objectif initial de paraître une fois par an. Ils envisagent maintenant une revue semestrielle : le succès du public et des photographes étant au rendez-vous. Une revue qui a tout l’air de dicav’ tous les lyonnais !

Extrait de la revue Chabe !
www.larrierecour.fr

En chiffres :

Louise Auger

Infos :

1/ Prochain événement : exposition avec les photographes du Collectif Chabe, le mercredi 23 novembre chez Bloo, école de photographie ! 

2/ Prochain appel à candidatures à partir de janvier 2023 via leur espace dédié https://chabe.fromsmash.com/

 

Previous
Next

Contact

Recevez les news de l'info locale

directement par mail