Le Démocrate de l’Aisne, journal et Monument historique

Dernier journal d'Europe imprimé au plomb, le Démocrate de l'Aisne, basé à Vervins, a été classé Monument historique. Une mesure qui sera un vrai coup de pouce pour la survie de cet hebdo-musée.

Le Démocrate de l’Aisne, journal et Monument historique

Dernier journal d'Europe imprimé au plomb, le Démocrate de l'Aisne, basé à Vervins, a été classé Monument historique. Une mesure qui sera un vrai coup de pouce pour la survie de cet hebdo-musée.

Article initialement publié dans l’hebdomadaire La Thiérache / Sogémédia, le 13 juillet 2022, écrit par Hugo Deniziot (promotion 26 de la licence pro presse de proximité ESJ Lille). ©Tous droits réservés.

Previous
Next

C’est un journal comme on n’en fait plus. Si l’autre hebdo de Vervins, La Thiérache ,est depuis longtemps maintenant imprimé avec les dernières technologies numériques, il n’en est pas de même pour Le Démocrate de l’Aisne. Et c’est ce qui fait son charme. Le charme de l’information imprimée par linotypie, c’est-à-dire par une machine de composition au plomb. Le charme d’un magazine qui vit avec son temps en gardant les méthodes d’avant. Et depuis peu, le charme d’un journal classé Monument historique.

Au Démocrate de l'Aisne, tout le monde se serre les coudes, même pour préparer le journal à l'envoi©Hugo Deniziot
©Hugo Deniziot

L’entretien des machines

Car oui, Le Démocrate de l’Aisne, qui est lu à 60 % par des Axonais mais voyage aussi jusqu’en Australie, au Japon et en Russie, a obtenu depuis peu ce classement pour ses machines et pour le bâtiment. De quoi rassurer les petites mains derrière la publication. « Ça va nous apporter de la visibilité, dans un premier temps. Et ça nous permettra d’obtenir des subventions pour l’entretien des machines, qui en ont bien besoin, confie le directeur de publication et président de l’association, Dominique Pierru. On pourrait aussi avoir des mécènes pour financer l’entretien. On compte aussi sur les entrepreneurs locaux. » Il suffit d’y mettre les pieds pour le constater. Les machines servant à concevoir le journal sont d’époque. Et l’évolution technologique a creusé un fossé entre les techniques d’avant, et celles d’aujourd’hui. Difficulté à trouver les bonnes pièces, à comprendre comment fonctionne les engins et comment les régler… les obstacles sont nombreux, mais jusqu’ici, l’équipe a tenu bon. Le journal paraît de manière hebdomadaire tout au long de l’année, sauf « les trois premières semaines d’août, plus deux semaines à Noël« , précise Éléonore Dufrenois, journaliste du Démocrate de l’Aisne.

©Hugo Deniziot

« L’idée serait de créer une galerie. On peut accueillir jusqu’à 20 personnes par visite aujourd’hui.» 

Dominique Pierru, directeur de la publication du Démocrate

©Hugo Deniziot

Le premier numéro du Démocrate de l’Aisne est sorti le 4 février 1906. Une date qui est fièrement rappelée sur chaque journal, accompagné du nom de son fondateur : Pascal Ceccaldi. Et qui est illustré par la présence des imposantes machines, témoins de l’industrie d’antan. Dans les petits locaux du Démocrate, trois linotypes sont présentes, mais une seule est utilisée. « Celle-ci a des pièces de cassées, constate Cécile, la dernière recrue du journal qui compose chaque ligne de la revue. Et pour celle-ci, il y a un souci avec l’électricité. Comme c’est très ancien, on attend la venue d’un spécialiste pour y toucher. »
Pour que perdure l’histoire de la revue basée à Vervins, l’équipe du journal souhaite créer un musée. « L’idée serait de créer une galerie. On peut accueillir jusqu’à vingt personnes par visite aujourd’hui. L’objectif, ce serait de monter à 45« , déclare Dominique Pierru. Une occasion de découvrir de plus près la linotypie et la typographie, un savoir-faire menacé d’extinction qu’Éléonore Dufrenois aimerait qualifier de « métier d’art ». Un musée pour retracer d’une façon vivante les 117 ans d’histoire d’un journal comme figé dans le temps. Mais pour l’heure, même si les choses bougent, le musée n’est encore qu’au stade de projet. Il faudra attendre avant de pouvoir le découvrir.

Hugo Deniziot / La Thiérache

Previous
Next

Contact

Recevez les news de l'info locale

directement par mail