Robots contre journalistes : rédacteurs en péril

L’écriture automatisée, à travers des logiciels comme celui de l’entreprise Syllabs, se généralise dans les rédactions nationales. La presse locale commence à s’y frotter, avec des contraintes différentes.

Robots contre journalistes : rédacteurs en péril

L’écriture automatisée, à travers des logiciels comme celui de l’entreprise Syllabs, se généralise dans les rédactions nationales. La presse locale commence à s’y frotter, avec des contraintes différentes.

Article originellement publié le 2 juin 2022.

Previous
Next

Le journaliste est l’un des ultimes professionnels jugé irremplaçable par la machine, mais cela pourrait bientôt changer. L’entreprise Syllabs, entre autres, a créé un logiciel de rédaction automatique de textes depuis déjà une quinzaine d’années, avec un succès certain. Parmi ses clients, des agences immobilières principalement, mais depuis quelques années un nouveau marché : la presse écrite. « Quand Le Monde a utilisé nos services pour la première fois lors des élections régionales de 2015, c’était dur à concevoir pour les médias. Aujourd’hui, c’est devenu banal. On est en pleine évolution, on est là pour durer », explique Claude de Loupy, PDG de Syllabs. Ces générateurs de textes sont principalement utilisés pour la météo, les élections, les résultats sportifs et les agendas culturels.

L’utilisation du logiciel est très simple. Il suffit de rentrer ce que l’entreprise appelle des données structurées, comme les résultats d’une élection. Il génère ensuite un contenu unique, « c’est-à-dire que si vous appuyez une deuxième fois sur le bouton avec les mêmes données, le texte ne sera pas le même », avance Claude de Loupy. Le logiciel promet la rédaction d’articles « parfaits », c’est-à-dire sans faute et sans interprétation des données. Le style des articles peut être adapté en fonction de chaque client. « L’avantage principal du système est le nombre de textes produits en très peu de temps. » Pour le 2nd tour de l’élection présidentielle 2022, Syllabs a créé pas moins de 140 000 textes différents en 24h. « C’est impossible à faire à la main pour les médias. » Le prix du logiciel diffère en fonction du nombre d’articles à réaliser. Le paiement pour la météo se fait sous forme d’abonnement, et pour les élections c’est à l’évènement. « Les tarifs sont très variables en fonction du projet », poursuit le PDG. 

« C’était notre stratégie commerciale d’attirer d’abord les gros pour que les petits suivent. » 

Claude de Loupy, PDG de Syllabs

Utile pour le local ?

Pour l’instant, parmi la trentaine de médias avec laquelle travaille l’entreprise, on retrouve principalement des gros médias souvent nationaux. Le Monde, l’AFP, Radio France, et bien d’autres font partie des clients prestigieux de la start-up. Les médias locaux, à l’exception de grands groupes de PQR tels que EBRA, Ouest-France, Sud-Ouest et la Nouvelle République, se font discrets. « C’était notre stratégie commerciale d’attirer d’abord les gros pour que les petits suivent », détaille Claude de Loupy. Les titres de PHR ne sont que peu impliqués, « on travaille très peu avec les hebdomadaires locaux, admet le PDG. Mais pourquoi pas aller vers eux. »

En plus de cette stratégie marketing, l’organisation des rédactions de PHR ne sont pas toujours les plus adaptées pour ce type de service. Cet outil est principalement utilisé pour le web lors d’évènements importants. Il sera surtout utile pour du travail de desk, avec la météo déclinée sur chaque commune pour Ouest-France par exemple. Ce sont aujourd’hui les gros groupes de PQR qui possèdent des desk, très peu les médias de PHR sauf actu.fr. Même s’il conçoit que son service n’est pas idéal, Claude de Loupy, estime qu’il peut intéresser la presse de proximité. « C’est utile lors de grands évènements, avec des correspondants locaux. Il suffit de leur faire remplir un formulaire créé spécialement et le logiciel va générer des textes uniques à partir de ces derniers. Ça peut être long et fastidieux de relire et corriger certains papiers de correspondants, mais là pas besoin puisque le texte est garanti sans faute », raconte Claude de Loupy. 

Claude de Loupy, PDG et co-fondateur de la start-up Syllabs. © Claude de Loupy

La peur de perdre la main

À la lecture de ces lignes, beaucoup de journalistes peuvent avoir peur pour leur emploi. Les robots vont-ils remplacer des postes de journalistes ? Selon Claude de Loupy, ce n’est pas du tout à l’ordre du jour. « Rien n’indique que dans 10, 500 ou 1 000 ans la machine pourra remplacer le travail journalistique. Notre logiciel est incapable de faire ce qu’un journaliste fait. » Le programme nécessite l’action humaine pour fonctionner, et aucune analyse des données ne peut être faite. 

« C’est même complémentaire sur certaines élections, continue Claude de Loupy. La machine s’occupe de faire des textes à partir des résultats rentrés, mais le journaliste va chercher les réactions et va beaucoup plus loin. » L’entrepreneur se targue de faire gagner pas moins de 30 minutes par jour et par journaliste à Nice Matin. L’un des principaux arguments de l’entreprise est de faire gagner du temps aux journalistes, et non de supprimer leur poste, avec l’objectif de faire plus de contenus à forte valeur ajoutée. 

 

Interview de Karim Galle, chef de projet à la direction des services numériques de Ouest-France

Pourquoi avoir fait le choix de Syllabs ?

En optant pour ce logiciel il y a maintenant quatre ans, nous avions plusieurs attentes. Le premier objectif était d’alléger les tâches de rédaction répétitives et fastidieuses pour les journalistes. Le deuxième était de diversifier l’information et enfin de toucher un public plus large pour augmenter le trafic sur notre site. Ce projet a été le fruit d’une longue réflexion qui a duré plusieurs années, avant de se concrétiser en 2018.  

 

Sur quels types d’articles le logiciel est-il utilisé ?

Nous utilisons Syllabs sur les fils d’actualités météo, les résultats sportifs et les annonces d’évènements ainsi que pour les résultats des élections.L’entreprise a pu adapter les textes générés à notre ligne éditoriale, ce qui garantit une certaine uniformité. L’écriture automatique d’articles permet de compléter habilement la production de contenus. 

 

Quels sont les avantages et les inconvénients à l’utiliser ?

Cela permet de décharger les journalistes de tâches classiques et répétitives à l’image du bulletin météo. Ils peuvent ainsi se concentrer davantage sur des articles à forte valeur ajoutée et sur de l’investigation. Nous proposons également plusieurs contenus sur des communes où nous ne disposions pas suffisamment de correspondants, augmentant ainsi notre couverture géographique. Enfin, cela permet de sortir des articles rapidement sans gros besoin journalistique. Il y a peu d’inconvénients même si l’on peut retrouver une certaine répétitivité dans ce qui est généré. Un robot ne peut modifier un texte puisqu’il travaille sur des algorithmes de base, où l’on peut observer une limite dans l’expression linguistique. 

 

Le projet a-t-il été bien accueilli par la rédaction ?

Ça a été un défi, la matière produite reste celle du journaliste. En faisant le choix de Syllabs, certains ont eu peur de perdre la main sur l’information. Il y a eu un long travail d’explication sur le logiciel réalisé avec les intéressés. Ce dernier doit être utilisé comme un support d’aide et non de remplacement. L’outil ne fait pas concurrence aux journalistes.

 

Est-ce rentable financièrement ?

La première phase, qui a pour objectif d’installer le logiciel, a un coût élevé. Pour l’exploitation nous souscrivons à un abonnement à l’année avec Syllabs. Selon moi, il n’y a pas de limite à l’usage du logiciel, quel que soit le domaine d’activité. On peut toujours faire appel à la robot-rédaction pour apporter du contenu supplémentaire.

Corentin Chevalier et Hugo Mougin

Previous
Next

Contact

Recevez les news de l'info locale

directement par mail